TELECOMMANDE SEAV BE-HAPPY-RS2

SEAV

Disponibilité : En stock

Livraison : Livré au plus tôt le vendredi 26 janvier

43,28 € TTC

Votre TELECOMMANDE BE-HAPPY-RS2 a bien été ajoutée à votre panier

Accessoirisez votre télécommande :



Pourquoi choisir la télécommande SEAV BE-HAPPY-RS2 ?

Ouvrez votre télécommande et vérifiez qu'elle ne contient pas de mini-interrupteurs (switchs). Si elle contient des mini-interrupteurs (switchs), il s'agit du modèle SEAV S2.

Cette télécommande existe dans plusieurs fréquences (433.92 MHZ et 868.35 MHz). Les modèles de fréquences différentes sont incompatibles. Le modèle présenté ici a une fréquence de 433.92 MHz.

Vérifiez la fréquence inscrite au dos de votre télécommande. S'il est écrit 868.35 MHz, il s'agit du modèle SEAV Be Happy RH2.

Vous pouvez aussi nous envoyer une photo avec votre mobile au 0616.962.454 (numéro exclusivement réservé à la réception de photos envoyées par MMS)

Informations techniques SEAV

Marque SEAV
Modèle BE-HAPPY-RS2
Fréquence 433.92 MHz Attention !: Deux télécommandes de même fréquence mais dont les boîtiers sont différents (forme, couleur de boutons, couleur du boitier) ne sont pas compatibles, même si elles sont de même marque. Elles n'ont pas la même électronique !
Nombre de boutons 2
Type de codage Enregistrement dans le récepteur
Type de pile CR2032
Dimensions 65 x 16 x 33 mm
Pile et notice fournies Oui
Cette télécommande remplace SEAV BE-HAPPY-RS1, SEAV BE-HAPPY-RS2 BLUE

Notice de programmation SEAV BE-HAPPY-RS2

100% de nos clients déclarent avoir programmé cette télécommande très facilement

« Programmation simple et sans matériel particulier ! »

Lisez les témoignages authentiques de nos clients , avecTrustpilot Tous les avis clients ci-dessous proviennent de personnes ayant effectué un achat de ce produit
michel
Embrun, le 27/09/2014

« Je suis très satisfait en tous point vous avez tous pour satisfaire vos clients encore merci Cordialement »


Jean-Pierre
AGEN, le 17/05/2012

« Commande et livraison, rien à dire. Mise en fonctionnement, tout un poème ? »